L’îlot Coudray : on vous explique (presque) tout épisode 3

Presque aussitôt dit, les initiateurs du mouvement sont invités à la Mairie début juillet pour rencontrer Monsieur Martineau, l’élu de notre quartier.

D’emblée, il annonce qu’au vu de tous les évènements des semaines passées, le projet initialement présenté est abandonné. La mairie ne renonce pas à sa volonté que des logements voient le jour sur cette parcelle, mais une concertation avec les riverains va être lancée à la rentrée afin de travailler ensemble sur les aménagements à retenir. Les irréductibles remercient bien Monsieur Martineau, et insistent sur plusieurs points :

  • Des logements à cet emplacement ne sont pas pertinents
  • La concertation doit inclure les problématiques du quartier dans sa globalité.

De plus, la forme et le temps de la concertation devraient également être discutés. Pour aboutir à un projet satisfaisant toutes les parties, les Coudrayliens insistent sur le fait qu’il faudra du temps, et ne rien faire dans l’urgence.

Quant au déroulement des ateliers de concertation, les irréductibles souhaitent aider les équipes municipales à améliorer les habituelles façons de procéder à ce genre de démarche. Un coordinateur unique du côté des pouvoirs publics serait, par exemple, le bienvenu.

Peu après cette réunion est arrivé un courrier de Monsieur Martineau, récapitulant cette réunion de son point de vue. Certains éléments de cette lettre laissent penser que la Mairie a bien l’intention d’aller vite, voire très vite, en vue de déposer un permis de construire avant la fin de l’année. Il s’agit là, à n’en pas douter, d’un point dissonant : Boucler toute cette nécessaire concertation en quelques semaines risque de ne pas être du goût des irréductibles.

Nous voilà donc en septembre 2017. Les promoteurs ont disparu de la scène. Un nouvel acte va commencer. Les prometteurs nous assurent du lancement prochain d’une concertation avec les riverains et acteurs de notre micro-quartier.

La mobilisation ne doit pas faiblir, et il est primordial que tous les riverains qui souhaitent apporter leur pierre à cet édifice puissent le faire, dans des conditions respectueuses d’une réelle concertation.
Les Coudrayliens sont attachés au panoramix… pardon ! au panorama de leur quartier, et ce lieu de discorde doit absolument devenir un lieu de concorde. Et on n’est pas obligé d’y planter un Obelix pour y parvenir !

Leave a Reply

Required fields are marked *.