L’îlot Coudray : on vous explique (presque) tout

Nous sommes en 2017…. après Jésus-Christ.
Tout le village du Coudray est occupé par les Promoteurs…

Tout ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Coudrayliens résiste encore et toujours à l’envahisseur. Et la vie n’est pas facile pour les garnisons de légionnaires casqués de jaune des chantiers retranchés du Boulevard des Belges, de la rue Lemoine ou de la Route de St Jo.

Trois ou quatre ans plus tôt, la rumeur a commencé à courir de la construction d’un ensemble de blocs de garnisons en lieu et place du terrain de basket et des anciennes maisons de fonction qui donnent sur le 20, rue du Coudray.

En première ligne, les représentants de parents d’élèves de l’école maternelle ont interpellé les élus en Conseil d’École, et quelques interlocuteurs municipaux :
« Pas encore d’actualité… pas de quoi vous inquiéter … vous serez informés en temps utile… nous en parlerons au prochain Conseil d’École…… »

De trimestre en trimestre les Conseils défilaient, sans nouvelles du fameux projet ; mais des irréductibles qui veillaient finirent par débusquer, en Samonios 2016 (la Toussaint actuelle), dans la forêt voisine du Ouèbe, de précieux parchemins à l’étrange format : un concours avait eu lieu, et le projet immobilier d’une équipe de druides bâtisseurs avait été retenu. Le parchemin de 47 Pages Dénuées de Feuilles (PDF pour les spécialistes) détaillait en long, en large et en travers les constructions qui allaient voir le jour.

Les irréductibles, tout en ne quittant pas la forêt, firent sonner l’alerte au village.
D’autres irréductibles se mirent aux aguets, pourchassant et partageant les informations. Quelques semaines plus tard commencèrent à fleurir quelques avis municipaux placardés sur les portes des maisons du village : Pour célébrer la fin de l’Hiver, à la prochaine fête d’Imbolc, la Mairie organiserait une réunion publique au sujet du projet de l’îlot du Coudray. Au village, on se demandait bien ce que serait une réunion publique. Certains avancèrent l’hypothèse que cela ressemblait à un banquet, mais sans cervoise ni sanglier, et qu’on n’y mâchait rien d’autre que des mots.

C’est, en effet, ce que certains firent le 2 février 2017, tout en projetant sur le grand mur de la belle salle municipale quelques extraits choisis du fameux PDF que les irréductibles connaissaient déjà par cœur. Et, très vite, et bien vivement, ils firent savoir aux élus présents qu’ils avaient bien compris, et qu’au village, on ne voulait pas de ces blocs devant la cour de l’École, et qu’il y avait sûrement mieux à faire à cet endroit qu’empiler encore des blocs dont le quartier débordait déjà.

A suivre….

Leave a Reply

Required fields are marked *.